Linkin Park - LIVING THINGS




























2012
Warner Bros
Deezer / Spotify / Web

Oui, Linkin Park. C'est un peu particulier à traiter. Linkin Park, c'est beaucoup de souvenirs avant tout, c'est toute ma période fin de collège / Lycée / Début de Fac. C'est un groupe qui m'est cher, que j'apprécie grandement et que je respecte. Parce que on à quoi concrètement ? Au départ, figure emblématique du mouvement Néo-Métal populariser par Korn ou Deftones, débarque Linkin Park et son mélange au Métal/Hip Hop ravageur qui va marqué au fer blanc une génération de kids. Linkin Park, c'est une de mes madeleines de Proust musical. J'aime parce que  on à un groupe qui refuse les carcans, et qui prend des risques. Au légions de fans déçu qui pleurent en ré écoutant Hybrid Theory en boucle, se lamentant sur le fait qu'évidemment c'était-mieux-avant, j'ai de la peine pour eux qui n'ont pas sus évoluer avec leur groups au point de publier des chroniques  incendiaires, voir insultante, comme j'ai pu le lire sur la grande poubelle qu'est parfois  internet.  Prenant  à contre pied, après plusieurs années de patience, leurs fans, le groupe s'offre une liberté totale avec les derniers albums avec une orientation radicalement plus électronique et atmosphérique. Exit donc, l'image de groupe pour ados, et bienvenue aux mélodies fouillées et travaillées.
J'ai beaucoup de respect pour les groupes qui prennent des risques, prenant le parti de déplaire à une large frange de fans, cherchant la maturité musical que leur célébrité leurs avait d’abords fait  repousser.

Living Things se situe donc dans la lignée de A Thousand Sun, à savoir deux albums explorant chacun de nouvelles pistes. Certains l'ont qualifié d'élécro/Hip Hop, à défaut de meilleurs étiquettes, je retiendrais celle ci. Douez titres, trente six minutes, c'est un peu court mais je m'en contente volontiers, ravi d'entendre et de ré entendre un groupe particuliers dans mon histoire musical. Ici, je pèche  par sentimentalisme plus que par objectivité, j'en ai bien conscience, mais des fois c'est comme  ça, on aime un groupe parce que C'EST ce groupe la et pas un autre. Sinon comment expliquer l'incroyable succès des Rolling Stones ? Surement pas par la qualité de leurs quinze derniers albums. Attention, je ne fait  pas de comparaison, en plus j'aime bien les Stones, mais pas tout. Donc  oui, j'aime cet album très beaucoup, il me rappelle beaucoup de choses et me donne envie de me refaire toute la discographie. Aussi, par soucis d'honnêteté, je ne le noterais pas. Toutefois, je recommande son écoute.






Posted in , , , , , . Bookmark the permalink. RSS feed for this post.

Leave a Reply

The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.