CQFE #1 - Asaf Avidan and the Mojos : The Reckoning (2008)

Chose promise, chose due. Je commence aujourd'hui une nouvelle chronique, CQFE ; comprenez "Ce Qu'il Fallait Ecouter".  Cette chronique sera l'occasion de revenir sur certains anciens albums qui auraient pu vous échapper, à tort. Comme ce blog demeure un blog d'actu musicale, j'essaierai de maintenir un lien, autant que faire se peut, entre ces disques et les sorties récentes. Enjoy!


Asaf Avidan, ça vous dit quelque chose? Oui, bien sûr : une chanson à laquelle on peut difficilement échapper ces derniers temps, Reckoning Song, ou plutôt son remix, par l'allemand DJ Wankelmut. Hyper mainstream, le remix n'en est pas moins sympathique : 


Comparé à longueur de temps à Janis Joplin, Asaf Avidan sort son nouvel album solo "Different Pulses" dans une semaine. Ce n'est pourtant pas de ce nouvel album dont je souhaiterai parler. J'évoquerai ici le premier - et très bon - album du groupe (en pause de durée indéterminée) de cet Israélien trentenaire, The Reckoning, signé donc par Asaf Avidan & The Mojos, sorti en 2008.


The Reckoning sonne comme le disque d'un groupe que l'on découvrirait par hasard, dans un bar musical à scène ouverte, et qui ne pourrait pas laisser indifférent. L'album a en effet cette chance de ne pas être surproduit, assez brut, et deux choses frappent d'entrée de jeu. 

La première est évidemment la voix d'Asaf Avidan. Toujours sur le fil, prête à rompre à tout moment. De quoi impressionner (parfois cela tourne d'ailleurs clairement à la démonstration), Avidan a certainement du faire fuir plus d'un producteur frileux à l'idée d'une déchirure des cordes vocales en pleine tournée. A la première écoute de l'album, chaque chanson est l'occasion de se demander jusqu'où iront ses cris parfois très Robert-Plantiens quand il ne parvient pas à se faire passer pour un chanteur de blues noir américain.

Car la deuxième remarque qui frappe les yeux - et les oreilles - de cet album tient à ses influences. Album sous influence, voilà qui décrit bien The Reckoning. L'album à une touche profondément Blues - les titres des chansons sont d'ailleurs assez équivoques à ce sujet - à l'écoute de Empty Handed Saturday Blues, Over You Blues. On vogue parfois vers la Country Jazzy (Growing Tall), vers le folk (Of Scorpions and Bells, Devil's Dance, Maybe You Are) et vers un Blues Rock jouissif (Hangwoman que n'auraient pas renié Led Zeppelin, où le formidable Her Lies où Asaf atteint les sommets).

Tant de diversité qui constitue un album - de quinze chansons - face auquel on ne s'ennuie pas une seconde car toujours renouvelé. Le plaisir et l'inspiration que le groupe a pu avoir alors est palpable. On y retrouve enfin le single aujourd'hui surmédiatisé Reckoning Song dans sa version originale, brute, Asaf Avidan seul à la guitare.

Bref, je vous laisse vous faire votre propre opinion (ici : http://www.deezer.com/album/5360441). Je vous laisse avec un live de Her Lies. Enjoy!





Pays/territoire : Israël
Posted in , . Bookmark the permalink. RSS feed for this post.

Leave a Reply

The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.