How To Destroy Angels - Welcome Oblivion


























2013
Columbia
Spotify | Deezer | Web

Pas facile d'être partial quand il s'agit de Trent Reznor. Pas facile quand on suit le bonhomme depuis presque  dix ans (à deux ans  près quoi, c'est bon !)  Pas facile quand on à élevé le  musicien au rang de dieu vivant et que celui-ci se permet de casser nos  jouets (NIN est en pause depuis ...2009)

Alors moi, bon client, je me suis précipité sur cet album de HTDA, tout comme je m'étais jeté avidement sur les bandes originales de The Girl With The Dragon Tatoo et The Social Network , ainsi que sur le  premier Ep des tueurs d'anges (How To Destroy Angels, 2011). Guettant comme un limier le  moindre signe de vie d'un compositeur que j'admire sincèrement, j'avais suivi de  près la campagne autour de ce  premier album. Quelques jours après sa sortie, et quelques dizaines d'écoute, j'ai eu le temps de le digérer, retour, donc, sur le disque.

J'ai écouté ce disque dans toutes les circonstances possibles, sous la douche, en conduisant, dans le train, à fond dans la chaîne  ou bien en sourdine au casque avant de dormir, par tous les temps. J'en ai toujours tiré une impression un peu malsaine. il y a quelque chose, dans ce disque, qui s'apparente à un diable prêt à vous jaillir  à la figure à tout moment. Il est oppressant, pesant, lourd. Même une ballade comme "Ice Age" ne rassure pas tellement plus, tout  juste est elle une pause un peu salutaire dans un disque qui donne l'impression de vivre sous le sceaux de  la conspiration et de la paranoïa.
Tout n'est pas bon à prendre dans l'album, et  il y à fort  à parier que les bricolages de Trent Reznior, Mariqueen Manding et Atticus Ross ne seront pas du goût de  tout le monde. Reste quand même quelques pépites, comme ce "On The Wing" tout en sourdine, le tubesque "Keep It Together" ou bien le commercialisable "How Long" pierre angulaire de l'album avec son clip Post Apocalyptique très inspiré et très beau, quoi que un peu flippant. Pas simple d'accès, Welcome Oblivion ne se laisse pas écouter facilement. Il faut admettre, tout de même que:
1. Les mélodies sont très travaillées, les ambiances sonores sont denses et chaque morceau ne sonne  pas comme celui d'avant = diversité
2. La voie de Mariqueen Mandig est superbe
3.Trent Reznor.


Pays/territoire : Los Angeles, Californie, États-Unis
Posted in , , , , . Bookmark the permalink. RSS feed for this post.

Leave a Reply

The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.