Sleepmakeswaves - Love of Cartography
























2014
birdsrobe records
Bandcamp | Web

Dire que j'attendais cet album serait un doux euphémisme. J'ai tellement écouté le précédent que je suis capable de siffler l'air de chaque chansons, ou de le chantonner au pire. Avant SMW, je n'avais qu'un amour distant pour le genre rock progressif / post rock / instrumental. Après SMW, j'ai été pris d'une frénésie intense, presque sexuelle pour tout ce qui pouvais se rapprocher de près ou de loin au genre. Ce groupe est arrivé, et sans aucune forme de préliminaires, ma jouis dans le cerveau de la plus belle des façons : tout à fait par hasard.
Le talent déployé par ses quatre australiens me laisse pantois, tout comme la qualité de leurs orchestrations et de leurs compositions. Cette musique, qui n'est pas chanté, arrive à retranscrire de puissantes émotions sans l'artifice de la voix. La musique qui se suffit  à elle même est de loin la meilleur.
Alors certes, cet album est sans doute un poil moins brillant que son prédécesseur, mais j'ignore si cela est du à l'attente depuis 2011, qui du coup entraîne  une légère déception, ou bien si je suis totalement  objectif.
Au pire, tu t'en fout surement.
On retrouveras quand même ces synthés caractéristiques, comme sur "Emergent", un morceau de bravoure épique de huit minutes qui monte petit à petit en tension et s'en vas exploser dans un torrent math rock qui laisse sur le cul. Maîtrise technique, professionnalisme, tout est bon, chaque  notes est à sa place.
Sleepmakeswaves enterre IWYFA, enterre Frames, enterre Oceansize. Un album épique et qui fait voyager, qui exploite les codes du genre sans être cliché. Peut être au final, un poil trop lisse , mais c'est bien peu de chose face au reste.



Posted in , , , , , , , . Bookmark the permalink. RSS feed for this post.

Leave a Reply

The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.