Interpol - El Pintor
























2014
Soft Limit
Deezer | Spotify | Web

Interpol qui se paye un lifting dix ans après son premier album et qui retrouve l'énergie et l'envie de ses débuts ? C'est bien chose faites avec El Pintor, album sans fioritures, millimétré, très prévisible et pourtant diablement efficace. Le quatuor devenu un trio depuis la sortie de son précédent album en 2010 à donc bien pris le temps de le composé, ce cinquième album, et surtout de bien s'entouré. A la production, rien de moins que James Brown (Artic Monkeys, Foo Fighters) et au mixage, Alan Moulder (Nine Inch Nails, The Killers). Avec cet équipe de choc, il ne pouvait accoucher que d'un album, a défaut d'être bon, serait au moins intéressant.
Malgré un chanteur devenu bassiste par la force des choses, et donc avec un jeu différend, on s'embarque pour trente neuf minutes de rock aux accents tantôt indé, tantôt dansant ou tantô disco, et putain , on aime bien. Comme je disais plus haut, il n'y a rien de très surprenant ici. La voix de Paul Banks est toujours aussi belle, les guitares de Daniel Kessler s'envolent toujours aussi librement, toujours aussi lumineuse. Mais quand même, on aime, parce que pour ce disque, on sent l'envie, on sent que les mecs se donnent et qu'ils ont été honnêtes avec eux mêmes. Carton plein pour Interpol sur ce coup là !

Posted in , , , , , . Bookmark the permalink. RSS feed for this post.

Leave a Reply

The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.