Blanck Mass - Dumb Flesh

























2015
Sacred Bones Records
Deezer | Spotify | Bandcamp | Web

Il y a un petit arrière gout de rave party en enfer dans ce dernier Blanck Mass. Là ou son prédécesseur se contentait d'être un jolie petit album de musique ambiant sans grandes ambitions ni saveurs, ce petit dernier, rejeton maléfique d'un DJ damné et condamné à jouer pour l'éternité dans les contreforts du Styx dans une danse macabre. C'est de la chair qu'il est question, de celle qui s'entrechoque dans des pièces fermées sur des rythmes syncopés, collante, moite, en sueur et en transe, celle qui transpire sous l'effet de masse, de l'alcool et de la drogue. De cette chair si faible au vice et si forte et prompt à répandre le mal.
C'est un album à la techno malsaine, presque sale, bien qu'on soit loin du français Mondkopf (Dans le style comme dans la violence), mais qu'on s'en rapprocherait dans l'ambiance, presque. Tout sent bon la dépression, le malaise et le vice. Une bande son idéale pour arpenter ces quartiers mal fréquentés (on en connait tous), pour se prendre au jeu des lumières au sodium que nous renvoie les vitrines des magasins fermés, pour frissonner devant  un attroupement suspect le long d'un couloir, pour sentir ces effluves de  poubelles, de vomis, de crasse, de sueur, ces seringues qui craquent sous nos pieds et ces appartements sordides  ou des groupes de camés tentent d'attendre le nirvana aidés d'un cocktail chimique hyper-puissant. Déprimant et angoissant, mais beau.


Posted in , , , , , . Bookmark the permalink. RSS feed for this post.

Leave a Reply

The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.