Surfer Blood - 1000 Palms

























2015
Joyful Noise Recordings
Deezer | Spotify | Web

Quarante degrés à l'ombre prévue aujourd'hui dans la région ou je travail. Soit l'impression d'avancer dans de la mélasse, avec vos vêtements qui colle à la peau, avec cette sueur qui brûle les yeux, la peau surchauffé et le souffle cours quand j'essaie péniblement d'avaler de grande bouffées d'air surchauffées.
Alors autant se mettre dans l'ambiance tout de suite. au hasard, la Floride, avec Surfer Blood, ce quatuor californien (du coup) fondé en 2009, survivant de la nouvelle vague qui a déferlée sur le monde  musicale au début de la décennie.
Alors, avant que mon cerveau ne coule par mes oreilles, j'aurais au moins eu l'impression d'habiter à Palm Beach.
C'est un groupe calme qu'on retrouve sur ce disque, un groupe qui a su dépasser l'échec critique et commercial de Pythons  en 2013, et qui renoue avec la composition et une certaine qualité dans l'écriture, tout en faisant  un pas de plus vers une certaine maturité. De manière général, l'album reste sage, peu d'envolé, le travail apporté à l'écriture et la composition des chansons trouve écho à nos oreilles dans les dizaines de petit détail à peine décelable  à l'oreille, plus  un vrai travail sur  l'utilisation des chœurs, plutôt réussit.
Finalement, et malgré l'ombre apporté par le cancer du guitariste Thomas Fekete (diagnostiqué récemment d'une forme rare de cancer), on est vraiment en pleine lumière à l'écoute de cet album, porté justeùment, par une forme inconsciente d'espoir pour le futur.

Posted in , , , , , . Bookmark the permalink. RSS feed for this post.

Leave a Reply

The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.