No Middle Name - Fondness























2017
Auto-produit
Spotify | Deezer | Bandcamp | Web

C'est le deuxième album de No Middle Name, formation anglaise de Saint Leonards derrière laquelle se cache David Bailey, jeune anglais, homme orchestre qui écrit, compose, interprète presque tout ce que vous entendrez sur le disque, nonobstant bien sur un coup de main pour certains instruments.
Les onze chansons qui composent l'album sont autant de déclaration d'amour flirtant tantôt avec une dream pop éthéré mais pas chiante, tantôt avec le shoegaze, voir avec ce qu'il y à presque de plus banal dans la musique alternative.
Tout ces mots valises sont bien pratique bien que trop généraliste. Ce qui compte là dedans, en fin de compte, c'est de savoir que l'album est foutrement bien. J'aimerais mettre foutre partout, parce qu'il accentue le propos. Concrètement, c'est presque trop beau pour être vrai. Il n'y à pas une seule chanson de remplissage dans cette galette. Chaque chansons est un single en devenir, composé, enregistré, arrangé à la perfection. L'ambiance est parfois nostalgique, un peu triste, mais  on sent l'espoir jamais bien loin dans ces chansons dont aucune ne ressemble  à la précédente, ce qui es assez rare pour être noté. C'est la très très bonne surprise de a fin du mois de mars, un disque parfait  pour les première belles journées qui arrivent.


Posted in , , , , , . Bookmark the permalink. RSS feed for this post.

Leave a Reply

The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.