Kasabian - 48:13
























2014
Columbia
Deezer | Spotify | Web

Il y a quelque chose de pourri dans le royaume d'Angleterre. La moyenne garde du renouveau du Rock britannique a du plomb dans l'aile, non, en fait, elle est carrément en train de s'écraser, et ça sent la merde.
 Alors qu'est ce qu'on à là ? Une pathétique tentative pour amuser les foules en produisant (en sous produisant) un pseudo disque. Une chose qu'on ose qualifier d'album un peu partout. Cet infâme étron ne mérite pas qu'on s'y attarde, sa rubrique nécrologique à été amplement  été écrite à travers des centaines de chroniques dans des centaines de blogs et sites spécialisés. Il n'y à guère que les Inrock pour aimer ce disque, en France. Vous avez dit vendu ? Moi je constate, c'est tout. Ce disque est au moins aussi inspiréque sa pochette, pour une fois qu'on ne nous ment pas sur la qualité du produit, on ne vas pas se plaindre.
Tout y passe ici, du pseudo rock psychédélique (préféré Jagwar Ma pour le revival Madchester) du pseudo hip hop (Dj Shadow c'est le bien) et un coté faussement épique, artificiel (un peu comme Primal Scream, mais en très mauvais, genre, tu vois?) qui donne envie de gerber. Bref Kasabian empreinte le chemin maudit que bien des groupes pourtant talentueux au départ ont empruntés, je pense à Coldplay, Muse, U2, pour ne cité qu'eux. 
Après cet album, je donne pas chère de Kasabian, et l'avenir dira si j'ai raison. Je suis confiant en moi.


Posted in , , , , , . Bookmark the permalink. RSS feed for this post.

Leave a Reply

The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.