The Soft Cavalry - The Soft Cavalry

























2019
Bella Union
Spotify | Deezer | Bandcamp

J'avais peur que la magie s'en aille, mais au réveil, elle était toujours là. Un album écouter presque en boucle  une grande partie de la nuit, perdue entre réflexions existentielle et routes de campagne normande, ce qui était le contexte parfait pour écouter ce disque.
Rien à redire, déjà, sur ces douze chansons. Douze diamants ciselés avec amour par deux amoureux de la musique, une véritable performance ou aucun remplissage ne fait mollir la qualité du disque. rien à enlever, à jeter. C'est le meilleur disque de musique Alternative/Folk/BritPop que j'ai écouté depuis des années, c'est la pensé que j'ai eu après plusieurs écoute en boucle.
Après un départ peu être un tout petit peu en deça du reste (mais la je chipotte comme un enculé), on termine quand même l'album avec l’enchaînement de quatre chanson le plus provocateur de frissons que j'ai entendu. C'est rien d'original, dans l'absolu, mais c'est utilisé avec brio et ingéniosité, c'est de la haute musique, et ça se permet d'allez toucher les nuages du doigt.
C'est assez rare, mais ce disque m'a donné envie immédiatement de presser la touche la touche play encore et encore, heures après heures. Je doit être fou, ou complètement fondu, mais encore ce matin, je n'ai pas envie d'écouter quoi que ce soit d'autre, juste de me laisser porter par la douceur de cet album, ces mélodies pincé sur une guitare folk, ces quelques notes de pianos et les deux voix de Steve Clarke et Rachel Goswell. Un duo anglais ( ça se sent) qui fait honneur à la musique, sans prétentions, sans précipitations, doucement, calmement. Avec amour quoi.

Posted in , , , , | Leave a comment

Blanck Mass - Animated Violence Mild

























2019
Sacred Bones Records
Spotify | Deezer | Bandcamp

On dira de cet album qu'il est peut être un poil plus hardcore que ses prédécesseurs, qu'il est plus orienté dans cette veine techno dérangeante, un peu bruitiste, un peu punk dans l'esprit mais aussi teinté d'IDM. Las de tout ces superlatif, vous écouterez donc  le dernier Blanck Mass qui se paye le luxe d'être de loin le meilleur du compositeur, l'écossais Benjamin John Power. Rythmique ultra, rapide, martelé comme sur des tambours de guerre, claviers puissant, mélodique et violents, chants syncopé à la limite de l'audible. Ici, tout est rapide, tout est fort, le volume est à fond et le bouton ne répond plus. C'est une charge violente contre le consumérisme qui détruit civilisation et planète, c'est tout un mode de vie qui est passé au hachoir à viande pour mieux en extraire l’insupportable.
A l'image de la pomme ensanglanté dans une main propre, d'une société d'apparence propre mais ultra violente dès qu'on qu'on gratte le vernis (haha), une société égoïste ou la survie passe par la mort, ou à minima la souffrance de l'autre, bref, un cauchemars de société mais une utopie du libéralisme dans toute sa splendeur.
Un autre niveau de lecture existe, plus simple, moins politisé, plus lumineux, qui reste toujours un peu en retrait, preuve qu'il reste quand même un peu d'espoir derrière la musique, malgré la rage qui transpire par tout les pores de ces huit pistes.
Désolé pour les autres, mais une fois de plus, Blanck Mass écrase la concurrence, à coup sur dans les meilleurs sortie de cette incroyable année 2019.


Posted in , , , , , , , | Leave a comment

Bedouine - Bird Songs of a Killjoy

























2019
Spacebomb Records LLC
Spotify | Deezer | Bandcamp

Peut être, sans doute même, une de mes grandes joies de l'été. Azniv Korkejian est une américaine d'origine syrienne qui possède une voix si chaleureuse malgré une pointe de tristesse. Dans son second album, accompagné d'une guitare folk, et de quelques arrangements jazzy, elle prête sa voix à cet incroyable enchaînement de  chansons qui sont autant de petits morceaux de soleil droit dans le cœur. Une tendresse incroyable, un souffle doux et chaud, et autres qualificatifs dithyrambiques ne sont pas de trop pour qualifié une musique qui porte en elle, de façon presque schizophrène, une légèreté qui porte l'âme et une solennité qui impose le respect. Çà s'écoute dans le recueillement, dans les bons comme les mauvais moments. Ce qui est certain c'est que cet album est déjà dans mes favoris de l'année. Merci.


Posted in , , , , , | Leave a comment

Russian Circles - Blood Year

























2019
Sargent House
Spotify | Deezer | Bandcamp

Disque à la facture classique mais pas sans interet, Blood Year est basé sur le schéma bien établit "introduction douce, monté en puissance et éclatement". Ce n'est surement pas une dénomination acadélique, pour peu qu'il y en ai une, mais c'est la mienne. C'est un disque fort qui reprend pour lui les codes du genre post rock pour mieux les arranger au prisme du métal. On y découvre rien de nouveau, et c'est peu âtre la seul chose que je regrette dans cet album. Les chansons sont  puissante, véhicules parfaitement l'émotion, mais leurs structures sont hyper classiques. Les musiciens sont bon, très bon même, et en cela, rien à redire, l'album fait preuve de technicité, mais presque jamais d'originalité. On se consolera avec les trois dernières chansons de l'album, qui relève le niveau en s'hasardant un peu hors des sentiers battus, pour le plaisir des oreilles, et aussi parce que Russian Circles est un super groupe et que je suis sur qu'ils vont quand même tout déchirer en live.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Mondkopf - Time We Left This World Today
























2019
Split Music
Spotify | Deezer | Bandcamp

Voilà, ça y est, décollage réussit, maintenant nous flottons dans l'espace. Et maintenant que nous y sommes, que faire ? Car on pourrait s'émerveiller devant l'univers si vaste, si plein de mystère et d'objets incroyables, ou bien pousser les moteurs pour explorer un peu ne serait ce que notre système solaire, qui nous échappe encore beaucoup.
La musique du dernier EP de Mondkopf m'inspire l'espace, me fait ressentir le vide et pour de bonnes raisons. J'ai été biberonné aux film de science fictions, ainsi qu'au jeux vidéos traitant de l'espace, j'ai été une éponge pour tout ce qui traite de l'exploration spatiale, et par conséquent j'ai écouter des centaines d'heures de musiques électronique concernant ce sujets, que ce soit dans les films, dans les jeux ou bien ailleurs. Evidemment, j'enfonce une porte ouverte en disant qu'il n'y a pas de sons dans l'espace. Mais comme le silence est pire que la mort, on à cherché à combler ce vide en y mettant ce qu'on imaginait être le mieux pour décrire, avec les  oreilles, ce que l'on croyait être le mieux représentatif. Pour moi cet EP s'inscrit dans cette veine. La musique y est profonde, lente, contemplative et légèrement anxiogène à certain moment. Elle n'est qu'une petite facette, très brillante certes, d'une vaste galaxie de genre et de d'artistes compositeurs qui se sont essayé  à mettre de la musique sur le silence. il n'en reste pas moins un très bon disque, d'un artistes que j'écoute depuis 2011 et qui ne m'a jamais déçu, sans cesse renouveler, pour sans cesse me faire rêver.

Posted in , , , , , , , | Leave a comment
The Black Box 2010 - 2019. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.