Alice Dodo - VOLGINA

























2019
Bandcamp

Impossible mais pourtant. Je suis passé à coté de cet album qui est sorti le 1 Janvier 2019. Pour ma défense, je ne suis jamais frai un premier du mois. Mais quand même. Passons sur la mystérieuse pochette, ambiguë au possible. S'agit il au moins du ou de la compositrice ? Est ce un homme , une femme ? Est ce juste  une personne random mise là pour semer le trouble encore plus ? Est ce qu'on s'en fout pas un peu ? On ne sait rien sur Alice Dodo, une rapide recherche google vous confirmera qu'en dehors de sa page bandcamp, il ou elle ne semble exister nulle part ailleurs.  Et une fois de plus, est ce qu'on s'en tape pas un peu ?
Mais si carrément, alors  il semblerais quand même que  ça nous vienne de Russie, mais c'est peut être aussi pour encore mieux brouiller les pistes. J’arrête ici mes digressions pour vous parler en quelques lignes d'un des meilleurs albums de musique électronique de l'année. J'assume totalement le fait qu'il est l'un des meilleurs en ce qui me concerne, que j'ai faillit passer  à coté et que je suis particulièrement heureux de l'écouter.
On a donc à faire à un album assez court, de sept titres pour un peu plus d'une demi heure.
Si les deux première chansons vous induise en erreur à la première écoute, c'est normal, on pense  partir à l'écoute d'un album de synthwave assez classique et puis ... Et puis difficile de le catégoriser en fait. C'est un disque qui mêle autant des éléments de synthwave, de vaporwave même, puis de l'ambient, et même de la techno. l’éclectisme des genres, toutefois, n'en fait pas un puzzle. L'ambiance est clairement le ciment qui va lier ensemble toutes les compositions. Et là on entre au cœur de cet album.
Putain ce que c'est triste. Comment le dire autrement ? On est sur une ligne entre la mélancolie forte et la dépression en terme de ressentie. Pour le dire avec mon propre ressenti , si vous étiez le dernier être humain sur terre, et que vous contempliez les ruines brûlantes de la civilisation, vous ressentiriez surement cet apaisement, en vous disant que bon, ça y est, c'est finit, l'être humain est mort, place au reste. Là, vous vous poseriez quelques part en attendant que les radiations aient finis de vous tuez, ou bien vous vous tireriez une balle dans la tête. Mais à aucun moment vous ne seriez triste, juste soulagé que tout soit finis.
Si vous pensez que je suis fou, je vous laisse juge.


Pays/territoire : République de Carélie, Russie
Posted in , , , , , , , , | Leave a comment

Lightning Bug - October Song

























2019
Marbled Arm Records
Spotify | Deezer
Bandcamp | Soundcloud

A l'autre extrémité du spectre de rayonnement, Lightning Bug propose une musique chaude, cotonneuse, cosy même. Quelque chose de lent et tiède qui vous englobe. C'est aussi agréable que de regarder tomber la neige depuis son fauteuil bien au chaud, avec son corollaire contemplatif et parfois triste. A l'image de "The Luminous Plane" piste sans vitesse enregistré, semble t-il, avec un vieux truc à cassette qui crépite, piste mélancolique par excellence. "The Roundness Of Days" , à la structure plus classique, avec sa guitare sèche en boucle, se noie dans une vague de synthés à la fin du morceau. Il y à deux forces dans cet album, celle de la voix de la chanteuse, d'une douceur et d'une fragilité abyssal, souvent ténue et derrière l'instrumentation, mais qui résonne comme du cristal, et l'autre vient clairement de la structures des morceaux eux même. Exit les codes, exit le rythmes, chaque chansons vie selon son tempo. Peu ou pas de batterie, sauf sur des titres comme "Visions Scraps" ou "The Lotus Eater" qui flirt du coté du shoegaze et du grunge. C'est un très beau disque pop, fragile, et qui prend son temps, sans prétentions, ce qui le rend encore plus agréable.
J'en fait des caisses, probablement, comme d'habitude, mais s'il y avait un truc à écouter en ce début de mois, c'est bien celui là.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

KARKARA - Crystal Gazer

























2019
Stolen Body Records
Spotify | Deezer | Bandcamp

J'ai pas toutes les références pour comprendre comment  on aboutit  à un tel résultat.  Attention non pas que ça soit mauvais, au contraire. Je lisait quelques avis sur internet et devant cette avalanche de name dropping, j'avoue me sentir un peu perdu. Sans doute que le trio toulousain à ses références et ses inspirations bien à lui, et que de leurs point de vue, tout ça est très logique, mais pour moi il n'en ai rien. Aussi je me contenterais de quelques phrases. Si vous aimez ce rock mi psychédélique mi raisin mi oriental, les pistes qui tirent en longueurs façons krautrock et les duo basses/batterie métronomique, c'est tout bon pour vous. Ami de la fuzz, prenez un siège, cet album vous ravira. N'oublions pas la voix, noyé sous la musique, qui ressemble à un écho presque inaudible, ajoutant  une note foutrement inquiétante à un disque qui l'était déjà, de toute façon, un peu.
Globalement, ça m'évoque la moiteur tropicale d'une forêt primaire d’Amérique du sud , la sueur qui dégouline sur la peau, et plus prosaïquement, un bon gros trip à l'ayahuasca, le tout très bien illustré par cet artwork magnifique de Dead Flag, d’ailleurs allez visiter son site, ça vaut le détour. On m'objectera qu'il n'y à pas de chameau en Amérique du sud, mais c'est oublier bien vite le pouvoir de Crystal Gazer, celui de faire voyager l'auditeur aussi bien dans le temps et  l'espace (ce qui est la même chose en astrophysique, mais c'est un autre débat). Qu'on nous laisse donc triper à l'écoute de ce disque, même si on ne le comprend pas tout à fait, chacun son niveau de conscience.

Pays/territoire : Toulouse, France
Posted in , , , , , , , | 3 Comments

Animal Ghosts - Animal Ghosts

























2019
Bandcamp

Il fait nuit si tôt, c'est un délicieux mélange de mélancolie et de tristesse. L'humidité fait ressortir les odeur d'humus et de terres humides, tandis que le cœur est saisit de langueur dans la contemplation de ce ciel tout en nuance de gris. La nuit, les lumière orange de la ville forme des halos dans le brouillard qui tombe, et la ville n'est plus qu'une rumeur lointaine et incertaine.
Des murs de guitares fantomatiques, une batterie aussi discrète qu'un battement de cœur et une voix élusive, douce forme la structure de cet très bel album  qui navigue entre dream pop et rock shoegaze. Non pas qu'il soit tout à fait indispensable, il existe moult disques du même acabit, mais ma sensibilité penche vers celui ci, qui capte l'essence même de cette fin d'année. Il s'accorde avec mes pensées et mes émotions et plonge dans une torpeur tiède l'auditeur qui risquerais de s'y perdre. C'est novembre qui s'achève et meurt avec ce disque qui s'évapore comme la buée de la bouche dans le matin de l'hiver qui vient.


Posted in , , , , , , | Leave a comment

Lightning Dust - Spectre

























2019
Western Vinyl
Spotify | Deezer | Bandcamp


En voilà un qui traîne dans la liste depuis sa sortie, écouter plusieurs fois sans jamais vraiment savoir quoi en faire. Spectre est un album classieux mais inclassable d'ou découle une liste de tag longue comme un bras. Est ce Folk ? Oui sans aucun doute, avec "Led Astray" et  sa musique façon Jefferson Airplane / White Rabbit. C'est Rock si l'on considère les guitares sur le refrain de "When It Rains" ou bien le duo électrique/folk sur une chanson comme "Run Away" . Toutefois, l’intérêt de spectre réside dans la voix de sa chanteuse Amber Webber. Une voix polymorphe qui peut aussi bien se faire grave et pleine de solennité sur une chanson comme "Joanna" ( piano plaqué sur une batterie martiale). Une voix qui sait se faire spectrale, douce et sensible sur un titre comme "More". L'album reste cohérent de bout en bout, alors même qu'on passe du Folk au Rock, puis à des titres presque krautrock ("3AM/100 Degrees") du moins sur la première moitié de ce titre de sept minutes. C'est très riche d'orchestrations, les compositions sont belles, les genres variés, c'est sensible et beau. En revanche si vous avez une explication pour la pochette je suis preneur.

Posted in , , , , , , , , | Leave a comment

Fun Fun Funeral - Everything Is OK

























2019
October Tone / Araki Records
Spotify | Deezer | Bandcamp

Soit peut être l'album de pop le plus insolite de  l'année. Une curiosité quasi inclassable. Pour en finir avec le name dropping tout de suite, disons que c'est entre The Do, Klaxons ou Tame Impala. Oui, osons sortir tout de suite l'artillerie. Enfin après ça ne regarde que moi. Mais cette pop là, elle est particulière, elle est délicate, elle est ciselée dans une matière sonore brillante (malgré le nom du groupe). Un duo de voix sensible et cristalline sur une orchestration douce amer qui part dans tout les sens. C'est riche, c'est foisonnant. De Elba Sea à Terra On Time , aucunes chansons ne ressemble à une autre. Si un léger fil directeur serpente dans cet univers, c'est pour mieux laisser toute latitude aux compositions pour s'exprimer. Des cordes, des cuivres, des effets de manches de magiciens, des claviers, des doigts ensorcelés et quelques fantômes conviés à la fête, c'est un peu tout ça qui tourne en boucle chez moi depuis que j'ai découvert cet album.


Pays/territoire : Lyon, France
Posted in , , , , , , | Leave a comment
The Black Box 2010 - 2019. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.