worriedaboutsatan - Crystalline























2020
Spotify | Deezer | Bandcamp
This Is It Forever

worriedaboutsatan est le projet de l'anglais Gavin Miller, rejoint plus tard par Thomas Ragsdale afin de former le duo qui officiera sur six album. Quittant le navire, Gavin feras celui ci tout seul, comme un retour aux sources de la solitude.
Crystalline est le le petit dernier, sur lequel on retrouve toujours cette alchimie si particulière entre les différentes orientation sonore. Un mélange délicat entre ambient et post rock, aux ambiances tantôt brumeuse tantôt lumineuse, entrecoupé des vocalise de Sophie Green, qui officie dans Her Name Is Calla. C'est un album lent qui tricote ses mélodies de guitares façon lande hantée, avec de chaude lignes de basses, des percus hypnotique et des élément électroniques. C'est une musique lointaine qui s'invite au voyage, pour laquelle me vient  une affection immédiate sans vraiment savoir pourquoi. Dans une autre langue, on parle de dreamy soundscape, la musique du rêve, ou bien est ce pour mettre en son l'action même de dormir et de rêver ?? Qu'en dise ces synthés, cette basse profonde, et cet mélodie enivrante tout en retenue ?
 

Posted in , , , , , , | Leave a comment

VVV - Escama

























2020
Spotify | Deezer |Bandcamp

Marchand dans la rue, il leva les yeux vers la lumière des réverbères, qui n'étaient plus que des halo orange dans le brouillard. Un petit nuage de brume s'échappait de sa bouche à chaque expiration, alors qu'un froid vif mordait la peau de son visage et ses poumons. Sans réel but, il erre dans la ville, ses  parcs au statues fantomatiques, formes recourbées aux courbes énigmatique, figure antique et anciens dieu fait de pierre. L'herbe crisse sous ses grosses chaussures tandis qu'il coupe en enjambant une clôture, on ne croise guère  plus personne  à cette heure de la soirée, surtout par ce temps. Transit, il allume une cigarette, la main gauche enfouit dans la poche de sa veste, une large écharpe autour du coup. La fatigue lui enfonce des aiguilles dans les yeux, la faim se fait plus  pressante. encore quelque mètres. Un halo bleu  devient finalement une enseigne bon marché, un bar sans prétention, refuge de créature comme lui. Ce soir, il va boire, manger, et chasser les angoisses abjectes qui le ronge depuis la chute des civilisations moderne, peut être, et demain, on recommencera.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Capricorn One - Capricorn One


























2020
Bandcamp

 Pour un one man band, on va pas se mentir, c'est carrément bien. Et pour cause, Ed Ackerson, puisque c'est son nom, propose une vision somme toute personnel de la digestion d'une multitude d'influence. Du très lourd rock stoner qui apparaît par touche homéopathique au hasard des chanson,  du rock psychédélique qui constitue l'épine dorsale de l'album, ou encore cet univers space rock au synthé chatoyant.  Autant d'invitation qui évoque tour à tour les grand espaces, les routes devant soi ou bien la fournaise d'un réacteur d'une nef fendant l'espace comme un couteau.De pistes longues, qui prennent le temps. Des morceaux qui monte lentement en puissance, alors que la voix d'Ed, le chanteur/musicien/compositeur/producteur, reste égale, calme, presque hypnotique. C'est très talentueux, riche et varié et ça vaut certainement le détour si vous aimez voyager à travers le son et en filtre sépia devant les yeux.

Posted in , , , , , | Leave a comment

Mykr - Heldom


























2020
Spotify | Deezer | Bandcamp

Bien, commençons par être honnête. C'est la disponibilité des cinq saisons de Viking sur Netflix qui m'a amené à ce groupe. Ceci étant dit, Mykr n'a composé aucune musique de la série. Ce n'est que le dernier, pour moi, d'une longue série de groupe découvert via des compiles youtube et autres pérégrinations virtuel. Je l'ai choisit car il est emblématique d'un genre (cette musique qui donne envie de passé des chrétiens au fil de l'épée et de prier des dieux anciens). C'est toute l'ambiance d'un fjord brumeux qui transpire le long de cet album qui mélange habilement musique traditionnelle et électronique. Il faut imaginer les corbeau volant dans ces vallées glaciaires, couverte de rochers moussus et de bruyères, au sommet s'effilochent quelques nuages gris. il faut imaginer le clapotis de l'eau sur la grève, un ponton en bois autour duquel sont amarrés plusieurs drakkars , du poisson qui fume au dessus du feu, des peau tendu misent à sécher, et de toute cette vie franche et authentique, humaine, qui caractérise la vie d'un village d'homme du nord à cette époque. Il suffit de fermer les yeux pour se sentir pénétré par l'ambiance et de s'y croire. C'est la toute la réussite du disque, qui est lui même emprunt de noirceur et de solennité, comme si la présence même de ces anciens dieux se faisait ressentir, de façon fugace, mais suffisante pour que l'on se redresse alors et qu'on se prépare à bien mourir.

Posted in , , , , , , , | Leave a comment

Indoor Voices - Animal



























2020
Auto Produit
Spotify | Deezer | Bandcamp

C'est le disque d'un hiver vraiment à chier. D'un hiver sans neige, sans gel le matin. C'est le disque d'un hiver déprimant ou l’alternance de tempêtes devient banale. Il y pleut tant qu'on regarde, la tête posé sur la vitre sale ou dégouline l'ondé, l'extérieur qui suffoque et manque de se noyer, comme fasciné par le spectacle d'une nature à l'agonie. C'est un disque introspectif, mélange de musique ambient et dreamp pop, qui laisse ouvert la porte à toute les angoisses et les dépressions. C'est un cris de désespoir lancé à la face du monde, c'est le dernier appel d'un homme à deux pas de l’abîme qui se retourne  une dernière fois, dans un dernier geste d'espoir. Veux t-il vraiment être sauvé ? Rien n'est moins sur, on est sur la corde raide ici, entre espoir et mélancolie, nappe synthétique chargé de lumière et d'émotions, chansons pop à peine au dessus du zéro absolue, glacée et glaçante, ce froid qui saisit tout le corps en frissons incontrôlables et qui bleuit les  lèvres, paralyse les membres et toute réflexion. J'ai choisit ce disque pour sortir de mon hibernation, entre sentiment partagé, profonde tristesse et beauté.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Bloc Party - Silent Alarm Live

























2019
Bloc Party / Modular Records (physical)
Spotify | Deezer

Aussi bon qu'au premier jour. On l'a dit, on le lit, on le lira encore dans longtemps. Le premier album des anglais de Bloc Party est parmi l'un des meilleurs sortit durant la décennie 00's. En 2001, quand le rock semble de nouveau porté au nue par une poignée de groupe inspirant et inspiré, choisissant une nouvel approche et rejetant les canons habituel du genre. C'est le début d'une décennies de grand n'importe quoi qui verra naître et mourir une chiée de magazines plus ou moins spécialisé, que je m'empressait d'acheter parce que quand on à moins de vingt ans, on consomme la culture par les deux bout un peu n'importe comment.
Bloc Party et de manière plus générale, les années 2004/05 furent pour moi charnières. C'est à ce moment là que je cesse d'écouter ces groupes américains pop punk comme Sum 41, Good Charlotte ou Blink 182, pour ne  plus citer que les plus connus (je défendrais ces trois groupes jusqu’à ma mort). En 2004/05, j'attaque dans le désordre avec Les Strokes, Radiohead, Coldplay, Muse, Franz Ferdinand, Nine Inch Nails, Korn, System Of A Down ou Maximö Park. Je reste encore sur les sentiers balisés mais ces vraiment durant ces deux années que je me met à écouter d'autres choses.
Cet album c'est la concrétude d'une évolution musicale. Il reste à ce  jour l'un des plus affluent pour moi, que je ré écoute toujours chaque années, avec le même plaisir.
C'est que la transition est brutale pour moi. Rien dans la musique, dans la voix, ne m'avait été présenter aux oreilles avant eux dans ce genre. La batterie et la basse dans une osmose totale, qui marque rythmiquement  chaque piste de façon unique, en passant du Funk au Punk avec une aisance saisissante. Rien de feignant dans ce disque, la section rythmique colossale porte tout le reste à bout de bras. Les deux guitares semble prisent dans un dialogue permanent, avec ce son catchy, agressif, acide, aigu, presque garage à certains moment, en somme brut, sans artifices. Mais le meilleurs, et c'est encore le cas, reste la voix de Kele Okereke, chanteur hanté par une énergie incroyable, qui semble lutter en permanence pour empêcher la surcharge de son réacteur intérieur. Une énergie qu'il communique volontiers avec le public, dans un échange constant pour les gardé toujours sur l a corde raide. Rien n'a vieillit avec ce live, ces chansons sont comme un bon vin qui devient meilleur avec les années. Si un jour je fais le best of musical de ma vie, on y trouvera Silent Alarm en bonne position.



Pays/territoire : Royaume-Uni
Posted in , , , , , , | Leave a comment
The Black Box 2010 - 2020. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.