Civil Civic - Rules






2011

[10/10]


J'avais laissé Civil Civic en Juin et à leurs prestation énergique (le mot est faible) sur la petite scène du Rock dans tout ses Etats, à Evreux (27). Leur concert fut une bonne claque dans les esgourdes , et, thank god, ils  jouèrent  assez fort pour couvrir le concert de Gaetan Roussel sur la scène  principale. Après avoir sortit  une floppé d'EP dont l'énorme "Run Overdrive/Fuck Youth" , le Trio ( deux hommes, guitare et basse plus une beat box que les deux gars considèrent comme un membre à part entière du groupe, soit) a acquis  une solide réputation live glané dans le sang et la sueur, sur les scènes anglaise et européenne. A tel point que "Rules" est  entièrement auto financé par la vente en série limité des précédent E.P's , le groupe à ainsi pu récolter près de 7000 $ ( ils n'en voulaient que 5000 $). Bref, une bien belle histoire pour un groupe qui à su s'auto promouvoir par internet et qui n'a pas la grosse tête, en témoigne leurs shows délirants ou les deux (trois) compères s'amusent sur scène avec le publique, jet de bière et blagues potaches sur fond de math-rock volume à fonds, un bienfait pour la musique comme pour les oreilles. 
Sur l'album, on retrouve trois titres présent sur leurs EP's, la très connu Less Unless , véritable défouloir, idéal pour un pogo entres amis, Run Overdrive arrive en seconde position dans la track list, toujours avec le même plaisir, avec son côté western des temps moderne version 3.0 est un vrai régal, toujours aussi frais à ré écouter, et Light On A Leash , petite perle qui rapelle les meilleurs composition des Cure. Ils se dégage beaucoup de choses à l'écoute de cet album, qui à lui seul pourrait constituer la BO d'un énième teenage movie dans un lycée américain sur la côte Ouest, avec le pacifique pour horizon. Entièrement instrumental, la galette laisse donc  libre court  à l'imagination des auditeurs. Ainsi "Airspray" chanson d'introduction de l'album me fait pensé à un titre idéal pour clôturer le film précédemment cité, avec son petit coté épique et légèrement mélancolique, c'est une sorte d'invitation au voyage tout en étant une chanson de chemin de retour (je me comprend). "Street Tap" devient une poursuite policière dans les rues de L.A, sous un soleil de  plombs, le sourire aux lèvres et  un cachet de lsd au fond de la gueule. Grey Nurse fait directement référence aux westerns hollywodiens, duel à OK Corral, genre, la scène de tension du  film ou le héros regarde sa Némésis dans les yeux , la main droite sur le colt, une goutte de sueur dégoulinant de son visage mal rasé, cette chanson à un petit coté tragique mis en exergue par les orgues synthétique qui nappe la chanson. Sky Delay s'est transformé en longue ballade, un road trip dans un univers à la Mad Max, décapotable roulant à fond sur une vielle route défoncé sous le soleil, la radio à fond de balle tout comme le  pied  écrasant la pédale d’accélérateur. 
It's Krill m'évoque une foi de plus les Cure , c'est une chanson qui démarre calmement , un appel à l'insouciance, à l'amusement rapide et  immédiat, buvez de l'alcool, draguez, prenez de la drogue, faites  l'amour nom de dieu ! La nuit, dans un train , les lumière de la ville qui défilent tandis que les wagons passent à toute vitesse dans la gare sans s'arrêter, des gens vue une demi seconde, que font  ils ? qui sont ils ? J'ai le casque verrouiller sur mes oreilles, je laisse mes pensé vagabonder, j'écoute Mayfield , ballade calme, rytmes martelé en sourdine, guitare discrète et aérienne avec échos, ça sent  la fin. Une fois de plus, je retrouve l'influence des Cure sur "Slack Year" dernière chanson de l'album, nappe de synthé languissante, guitare saturé en fond calé sur la basse, j'arrive à la fin du voyage, le début fut chaotique, rapide, bruyant, pour le retour, je prendrais le temps avec les six minutes de cette dernière chansons qui clôture en beauté un album de dix titre ou pas une seule chansons n'est à jeté. Civil Civic place la barre très très très haut avec cet album, tant et si bien qu'on se demande si ils  pourront réitéré le même miracle sur leurs prochain opus. Quoi qu'il en soit, on oubliera pendant un moment ces considération pour se laisser emporter encore dans la navette spatial à destination de la planète "Rules", album excellent à tout point de vue auquel j'accorde un dix, un  sourire gravé sur le visage tandis que je re-clique sur PLAY.



Pays/territoire : Australie
Posted in , , , , . Bookmark the permalink. RSS feed for this post.

One Response to Civil Civic - Rules

Leave a Reply

The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.