Whomadewho - Throught the walls


























2018
Embassy of music
Spotify | Deezer | Web

Tient, passer sous mon radar depuis Brighter (c'est dire), Whomadewho (wmw) fait un retour sur mon devant de scène avec ce nouvel album, ma fois très différent du précédent. Là ou l'ancien était froid, synthétique, celui ci à la tiédeur chaude d'un après midi d'été sur chaise longue, pour le verre dans la main, c'est vous qui voyez.
Textures chaudes, nappes de synthés, basse funky, rythme techno/edm, et un chant  porté dans les aigus sans devenir crispant.Certaines  pistes se  paient le luxe de trainer en longueur  pour le plaisr de l'auditeur, tout en agrégeant des dizaines de petits bouts de son les  uns aux autres dans une construction hyper efficace. En ce qui me concerne, c'est réussit et cet album à été une très très bonne surprise cette semaine. 

Posted in , , , , , | Leave a comment

Sleepmakeswaves - Made of Breath Only


























2017
Bird's Rope Records
Spotify | Deezer | Bandcamp | Web

Quand même, ça fait presque dix ans qu'on écoute ce groupe ici. Alors on à pu bien profiter de tout les albums, ont les à écouter tant et si bien qu'on connait les titres des deux albums par cœur et que l'on peut reconnaitre la piste à partir de deux seconde d'introduction. Leur précédent album, "Love of Cartography" est resté quatre ans dans mon téléphone et je l'ai écouté au minimum une fois par mois durant tout ce temps.
C'est dire si j'aime et si mon jugement est biaisé. Mais sans se décourager quand même, prenant le défis à bras le corps avec plus d'un ans de retard, on peut parler du petit dernier. 
Force est de constater que rien n'a changé dans la formule SMW. Le groupe évolue (très bien) dans sa zone de confort, et même s'il se permet quelques aventures brèves ici et là, on est bien en présence du pur jus concentré du groupe. Certains trouverons ça dommage, d'autre au contraire diront qu'on est pas obligé d'innover pour survivre. Entre les deux, mon cœur balance. 
SMW est comme un vieux pote qu'on recroise de temps en temps, on finit toujours par parler des mêmes choses, à rire aux mêmes anecdotes, à raconter la même histoire. 
Le risque, c'est l'ennuie. 
Ce n'est pas ce que j'ai ressentit.
Mais je n'ai pas non plus été emballé comme je l'ai été pour tout les autres.
Alors bien sur, on grandit et  on évolue en dix ans, les gouts changes, parfois radicalement. 
Alors SMW, je dirais que c'est un vieux potes, qu'on à finit par considérer comme un ami, et qu'on revois de temps en temps avec plaisir. Désolé je n'ai pas mieux comme image pour décrire mon ressentit. Le groupe n'a pas changé, et moi je suis là, un demi sourire sur le visage, leurs disant "hey les gars, c'est pas mal du tout, j'aime bien".
C'est un album honnête qui ne promet rien de plus que ses prédécesseurs. C'est toujours le même mélange de post rock et de progressif instrumental (reprend ton souffle) et c'est bel et bien ce qu'on attend d'eux. Pour les fans. 

Posted in , , , , , , , | Leave a comment

Jon Hopkins - Singularity


























2018
Domino Recordings
Spotify | Deezer | Bandcamp | Web

J'ai d'ors et déjà envie d'utiliser toute les métaphores liées à l'espace et à l'impesanteur en guise d'introduction. Cela serait tout à fait pertinent et en même temps très éculé. Je chronique cet album en retard, parce que je ne peut pas  être sur tout les fronts et que la vie vous pousse dans tout les sens, ce qui fait que la  liste des albums que vous devez écouter prend tout à coup l'allure d'un annuaire de New York. Ce qui parait aussi évident, c'est que Jon Hopkins, sur lequel je jette une  oreille curieuse depuis quelques années, fait partie de ses artistes dont la qualité des productions n'a pas bougé d'un Iota. On parle bien sur de compositions à l'éclectisme assumé tout en restant dans cette veine de techno atmosphérique racé, c'est un peu comme déguster un excellent whisky hors de prix. On déguste, on prend le temps, on profite à fond.
Les ambiances sonores en cascades forment un album très solide qui embarque l'auditeur pour un voyage d'une heure. C'est  aussi la force de cet album, sitôt finit, il ne demande qu'a se relancer, tant le temps semble passer vite à l'écoute de ces neuf pistes. Il plaira sans forcer aux connaisseurs comme aux néophytes. Coup de coeur <3.



Posted in , , , , , | Leave a comment

Black Polygon - Naïade


























2018
584370 Records DK
Spotify | Deezer | Bandcamp

Cela aurait pu être la bande son d'un film imaginaire, sombre, contemplative et légèrement angoissante. Il n'en ai rien, pour moi, on est clairement dans le champ musical du cauchemars éveillé. Chaque piste apporte sa petite sensation de malaise qui mis bout à bout forme un disque anxiogène mais pas dépourvu de fulgurance lumineuse. Sincèrement, si en fermant les yeux, la musique vous évoque le bonheur et l'innocence, c'est que bravo, vous  êtes un saint.
Personnellement, elle me donnerait plus envie de m'assoir à une fenêtre et de regarder dehors, les  yeux dans le vague, perdu dans mes pensées pas toujours positives. Quoi qu'il en soit, il dégage une  palette d'émotion propre  à déduire et sa courte durée en fait une expérience intéressante sans être ennuyante. Une curiosité que je recommande.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Various Artist From Flau Redords - Circles


























2018
Flau Records
Bandcamp | Web

Pour les dix ans de Flau Records, label japonnais d'excellence, quoi de mieux que d'inviter de talentueux musiciens du monde entier pour qu'ils viennent composer une piste pour cette occasion tout spéciale ? Il y à des idées bien pire que celle ci. Le résultat est forcément hétéroclite, baroque et même étrange. On y trouve l'essence de ce qui fait le succès du label, une musique néo classique, composée au piano pour beaucoup, et arrangée de multiples façon. Ainsi certaines piste évoqueront au néophytes l'ombre d'un Yann Tiersen , d'autre apprécieront les touches un peu jazzy de certaines compositions. La plupart des pistes sont très introspectives, plutôt triste, mais sans outrance, une tristesse légère dira t-on, qui colle à la peau comme un voile de fumée. Chaque artistes compositeur arrive à faire transpirer une ambiance vraiment particulière à l'ensemble et on se laisse facilement entrainer par la musique. C'est une curiosité qui s'adresse à ceux qui aime le coté éclectique des compilations avec un fil ténu mais présent entre chaque pistes, et qui aime également rêver au fil des notes. 

Posted in , , , , , | Leave a comment
The Black Box 2010 - 2018. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.